mars 9, 2016

« Libérons-nous des combustibles fossiles » (Break Free From Fossil Fuels) : La mobilisation internationale s’intensifie pour mettre fin à l’ère des énergies fossiles

 

bf-tag-fr

MONDE — Aujourd’hui a été lancée la plateforme internationale Break Free (Libérons-nous) qui présente une série d’actions pacifiques mais déterminées. Ces actions ébranleront le pouvoir de l’industrie fossile en ciblant les projets les plus dangereux et les plus inutiles au monde.[1]

En mai prochain, des milliers de personnes vont participer à des actions sur les cinq continents pour mettre fin aux énergies fossiles polluantes et accélérer la transition juste vers une énergie 100 % renouvelable. De grands événements sont prévus dans des pays comme l’Indonésie, le Nigéria, le Brésil, les États-Unis, l’Allemagne, les Philippines ou encore l’Australie, menés par les populations qui se battent depuis des années contre les dangereux projets de l’industrie fossile.[2]

Au lendemain de l’année la plus chaude jamais enregistrée, les citoyen.ne.s exigent que les pays aillent au-delà des engagements pris en décembre dernier et entérinés dans l’accord de Paris. Afin de résoudre la crise climatique et de maintenir le réchauffement en deçà de 1,5 °C, il faut abandonner les projets fossiles et remplacer sans attendre les infrastructures existantes.  

« Les scientifiques sont formels : nous devons laisser au moins 80 % des réserves de combustibles fossiles sous terre, a déclaré Payal Parekh, Directrice générale de 350.org. Les peuples du monde entier subissent au quotidien les répercussions du changement climatique et les dégâts infligés par l’industrie fossile. À nous de nous émanciper des combustibles fossiles et d’accélérer la transition juste vers une énergie 100 % renouvelable. C’est à nous de combler le fossé entre les résultats des engagements actuels et ce qu’exige la science, et ce afin de protéger notre maison à tous. »

Le mouvement pour la justice climatique intensifie sa résistance contre l’industrie fossile à un moment où les énergies renouvelables sont plus abordables et plus répandues que jamais. Ces nouveaux outils donnent aux populations en première ligne du changement climatique les moyens de réagir à la crise et de gagner en influence.

« Passer à une énergie 100 % renouvelable, c’est possible s’il y a une volonté politique, explique Arif Fiyanto, chargé de campagne charbon auprès de Greenpeace Indonésie. Il n’existe pas de grande barrière économique ou technique à un futur renouvelable. Toutes les infrastructures destinées à développer les combustibles fossiles, comme les mines, les centrales à charbon, les forages ou les terminaux d’exportation sont à la fois un gaspillage d’argent et une impasse où le changement climatique sera irréversible. »

Depuis Paris, l’industrie fossile vit dans la peur ; les prix chutent et les faillites ne sont pas rares. Les actions de désobéissance civile montreront que ce secteur ne bénéficie plus du soutien du grand public. Ces actions pacifiques rassemblent des personnes de tous horizons, et pas seulement des militants chevronnés, pour pousser à la fois les élus et les pollueurs à accélérer l’irrépressible transition énergétique qui est déjà en chemin.

Par exemple, Ende Gelände (Jusqu’ici et pas plus loin) est une action qui, l’an dernier, a vu 1 500 personnes participer à un acte audacieux de désobéissance civile visant à stopper la principale source d’émission de CO2 d’Europe. Devant l’urgence de la situation, Hannah Eichberger, membre de cette alliance de terrain contre le charbon, a déclaré : « Il est temps de lancer une transition énergétique citoyenne qui ne se contente pas de passer d’une source d’énergie à une autre, mais qui s’attaque aux causes premières de la destruction de la nature et des injustices sociales : la puissance des entreprises qui n’ont en tête que leurs profits. »

La lutte contre l’industrie fossile et contre ses dégâts environnementaux, sociaux, économiques et politiques existe dans différentes régions du monde depuis des années.

« Les énergies fossiles causent une pollution catastrophique dans le delta du Niger et dans le même temps des violations des droits humains inimaginables et de profondes souffrances des populations, a déclaré Nnimmo Bassey, militant nigérian de la Health of Mother Earth Foundation (Fondation pour la santé de la Terre mère). Le pétrole c’est de l’histoire ancienne, il n’a aucun avenir. Nous ne pouvons pas laisser les fanatiques des énergies fossiles brûler la planète. C’est maintenant qu’il faut changer. Personne ne viendra nous libérer de cette dépendance. Nous devons nous affranchir nous-mêmes, maintenant », a-t-il ajouté.

Ces mobilisations internationales et pacifiques qui auront lieu en mai seront une étape importante dans la progression du mouvement climatique. Elles mettront la pression sur l’industrie fossile. La lutte contre les énergies fossiles continue. Bientôt, plus personne ne pourra faire la sourde oreille.

 

###

CONTACT

Hoda Baraka, Directrice mondiale des communications pour 350.org, hoda@350.org, +201001-840990

NOTES AUX RÉDACTIONS :

[1] Pour plus d’informations rendez-vous sur : breakfree2016.org

[2] Parmi les points forts des actions prévues à travers les cinq continents :

Allemagne : L’année dernière, 1 500 personnes sont entrées dans une mine de charbon à ciel ouvert en Rhénanie. En mai, des centaines d’autres se rendront en Lusace, où les habitants se battent contre les mines et les déplacements de population depuis des années. Ils feront alors acte de désobéissance civile en bloquant l’une des plus grandes mines de lignite à ciel ouvert d’Europe, que la compagnie suédoise Vattenfall a mise en vente. Cette action prouvera aux acheteurs potentiels que le développement du secteur du charbon rencontrera une forte résistance et démontrera que le mouvement s’engage pour un nouveau système énergétique qui place les peuples et la planète avant le pouvoir et les profits des entreprises.

Nigéria : Dans le delta du Niger, les actions auront lieu sur trois sites symboliques qui représentent les dizaines d’années de destruction de la région. Elles montreront clairement que le Nigéria, et plus encore l’Afrique, ne se porteront que mieux sans les activités polluantes de l’industrie fossile. Elles souligneront également que l’action citoyenne reste le moyen le plus viable pour sauver l’humanité de son addiction aux énergies fossiles.

Turquie : Des habitants de la région d’Izmir vont s’attaquer aux manœuvres illicites de l’industrie du charbon, qui s’apprête à construire quatre nouvelles centrales près de leurs maisons, en plus de celle déjà illégalement en activité. Ils se rassembleront à l’entrée d’une gigantesque décharge. Cette montagne de déchets toxiques chaque jour plus haute est utilisée par les centrales à charbon voisines pour se débarrasser des résidus dangereux de la combustion du charbon — et ce malgré une décision de justice.  Cette action unira les luttes contre les centrales pour dénoncer les projets énergétiques de la Turquie, qui veut étendre considérablement l’utilisation du charbon au sein de ses frontières.

Australie : À l’approche des élections, les militants pour le climat vont faire entendre la voix du mouvement climatique en plein essor dans le plus grand port charbonnier du monde, à Newcastle, près de Sydney. Ils montreront qu’ils veulent faire du climat un sujet essentiel du vote, et qu’ils sont déterminés à résister au charbon, quel que soit le Premier ministre.

Brésil : Les peuples autochtones et les militants du climat s’uniront autour de quatre différentes actions pacifiques visant des points clés des infrastructures du gaz et du pétrole dans le pays. Ils se mobiliseront depuis les sites de fracturation sur les territoires autochtones, sur les voies de leur dangereux transport, jusqu’à l’endroit où ils sont brûlés. Les détails restent confidentiels, mais des milliers de participants sont attendus sur plus d’une semaine d’action dans toutes les régions du pays.

États-Unis : Les militants ciblent cinq zones clés du développement des énergies fossiles : les nouveaux pipelines de sables bitumineux dans le Midwest avec une action près de Chicago, la fracturation hydraulique dans les montagnes Rocheuses avec un événement dans les environs de Denver, les « trains explosifs » transportant gaz et pétrole issus de la fracturation hydraulique vers un port d’Albany (État de New York), la pollution dévastatrice des raffineries Shell au nord de Seattle, et les dangereux forages de pétrole et de gaz à Los Angeles. Ces différentes actions visent à intensifier d’importantes campagnes locales ciblant les pratiques injustes de l’industrie fossile qui a accablé de sa pollution les populations de couleur ainsi que les plus pauvres.